02/06/2007

Teo Dascalakis

Teo Dascalakis

5

Né en Allemagne en 1968, il a fait ses études à München et vécu à Berlin puis il est rentré au pays en 1998. Ce parcours est d’autant plus déterminant que son enfance fut bercée de contes et légendes allemands,et dieu sait s’ils sont abondants et marquants, L’âge adulte et le retour en Grèce vont accentuer les impressions et faire le lit de l’œuvre future.

Après une série d’expositions en Allemagne dès 1990, il expose régulièrement au pays dès son retour et si l’origine de son inspiration est bien présente, il a réalisé ses toiles en ajoutant à son acquit allemand, des éléments de son vécu quotidien en Grèce.

Ce qui me frappe, personnellement, c’est la présence de l’être humain. Chaque tableau est habité mais l’homme (ou la femme) ne sont pas isolés. Des animaux figurent dans un contexte proche de la fantaisie débridée avec des ânes aux réactions humaines et même un petit cochon qui ferait un peu penser à Félicien Rops. Mais Dascalakis est moins sarcastique et sa fantaisie est de loin plus douce et plus rêveuse que celle de Rops. En réalité, l’artiste voyage dans le cœur et l’imaginaire de l’homme, il fait défiler des images bousculées, sans ordre apparent, comme s’il voulait interpréter les rêves de son sujet, comme s’il lisait tout le non-dit du personnage.

Une peinture vraiment peu courante dans le flot d’œuvres vues ces dernières années, une sorte de chanson d’Adam (avec ou sans Eve), une histoire vécue et racontée de bouche à oreille au fil du temps. A découvrir absolument.

Anita NARDON

Galerie Libre Cours,
rue de Stassart 100
1050 Bruxelles
tel 0473 590 285

Du 8/6 au 7/7/2007
du jeudi au samedi de 14h30 à 18h30


16:33 Écrit par Anita Nardon dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.