02/06/2007

Pharaons Noirs

Pharaons Noirs

23 Statuette du dieu Thot 24 Vase thériomorphe

Statuette du dieu Thot & Vase thériomorphe
photos de M. Lechien

Dire que l’exposition fait remonter le temps est peu de chose. Tout au long de son époque que l’on considère comme « pharaonique », l’armée d’Egypte s’en alla faire la guerre ou chercher de matières précieuses et des esclaves au pays de Koush. Nos livres d’histoire s’arrêtent souvent aux guerres perdues des Ptolémées, à l’invasion venue de Rome et à la mort de Cléopâtre. Ce que ces mêmes livres ne nous disent pas c’est que la fille de la célèbre reine, la jeune Cléopâtre Seléné épousa le romain Juba, devenu roi de la colonie algérienne d’Afrique. Le magnifique site de Tipasa en garde précieusement le souvenir.

Quant au sud, le désert nubien, il a généré une civilisation originale et sous l’Ancien et le Moyen empire égyptien, il a joué un rôle historique important, foyer de culture qui a su garder une certaine fierté nationale face à son puissant voisin. A la XXVè dynastie de leurs rois (dits rois nubiens ou pharaons noirs) ceux-ci vont conquérir l’Egypte jusqu’à la Méditerranée, puis ils la perdront, retourneront vers la Nubie et Méroé deviendra cité légendaire.

Le pays de Koush des Egyptiens anciens sera l’Ethiopie des Grecs et des Romains. C’est un pays riche qui fournit l’ébène, l’ivoire, l’encens et les peaux de félins, c’est une sorte de colonie dûment exploitée par les pharaons d(Egypte mais elle était et reste difficile d’accès.

L’approche se faisait par une longue route que suivaient les caravanes, une route dont les traces subsistent. Et c’est de cette piste des « quarante jours » que le monde moderne va découvrir les reste de la civilisation nubienne et les témoignages de ce que fut la vie quotidienne du pays nubien.

Si l’exposition comprend de fabuleuses céramiques bicolores, des photos, des objets de culte, il faut dire qu’elle est assez modeste car elle occupe un seul étage du musée et sa présentation me semble un peu « serrée ». Le catalogue, par contre est documenté en profondeur, reprenant les recherches récentes et celles des siècles précédents.

Dirigé par Marie-Cécile Bruwier, Directrice scientifique du Musé Royal de Mariemont, ce véritable livre d’Histoire est largement illustré et notamment par des photos (entre autres de Claude Iverné) des cartes ; des dessins etc. On y retrouve un texte d’Albert Burnet avec qui je « disputais » naguère à propos d’Egyptologie. Peu de gens se souviennent de ses critiques de vulgarisation très largement suivies. Une remarquable exposition.

Anita NARDON

Musée Royal de Mariemont

Jusqu’au 2 septembre 2007
tous les jours de 10h à 18h sauf lundis non fériés


16:23 Écrit par Anita Nardon dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.