03/12/2006

Pablo Avendaño

Les espaces de Pablo Avendaño

topographismes #3, 80x100, huile sur toile

Il revient chez Libre Cours après deux ans et une évolution à la hauteur de ses promesses.
L’espace est totalement libéré et la petite touche figurative au milieu de cette abstraction sans frontière suggère toujours la présence de l’homme écrasé par l’espace et par son destin.

Le regard du peintre dilate les paysages secs de ses origines (San Sebastian, 1971) et ceux que baigne la lumière blanche de nos bas pays dominés par l’humidité marine.

D’étranges visions surgissent dans ces paysages, elles annoncent, elles disent « suivez-nous », ce sont des sortes d’étoiles du berger, des guides pour l’homme égaré sur des continents où passent des fleuves-mirages peut-être nés de notre civilisation de faux-semblants.

L’autre volet est constitué de photographies bourrées de personnages surpris dans leur quotidienneté dans un milieu urbain en porte-à-faux avec le moi profond de l’homme.

Certains de ces clichés rappellent cruellement ces villes artificielles, ces cités sans âme créées en dépit de toute préoccupation sociale ou simplement humaine.

Dans ces villes nouvelles sans passé et surtout sans avenir, l’artiste essaie de replacer l’homme isolé qui se débat entre un désir inassouvi de Dieu ou de dieux et un matérialisme écrasant qui l’emprisonne.

C’est une philosophie de vie exprimée par un artiste qui, dans ses œuvres récentes, montre le grand désastre de la société d’aujourd’hui, avec pour guide « l’œil du peintre » dernier rempart d’un espoir jamais perdu.

Anita NARDON

Galerie Libre Cours,
rue de Stassart, 100,
1000 Bruxelles
tel 0473 590 285

du 17/11 au 16/12 2006
jeudi, vendredi, samedi de 14h à 18h.


17:30 Écrit par Anita Nardon dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.