03/12/2006

Olivier Casse

Olivier Casse fait danser le Rollebeek

O Casse 01

L’artiste est né à Namur; à l’époque, une ville plus que provinciale. C’était en 1969, l’année où on a marché sur la lune, a-t-il subi une quelconque influence ?

Après quelques expositions en Europe et à Namur chez Gilbert Laloux, il a quitté une Meuse dolente et paisible pour Miami en Floride où le brassage des cultures n’a d’égal que les violentes colères des éléments quand le vent se déchaîne.

Après avoir été lauréat du Maryland Institute College of Art, il a décidé de poursuivre sa formation et s’est littéralement plongé dans l’étude des traditions classiques du 19è siècle.

La chose peut paraître surprenante mais au regard de l’histoire américaine le 19è siècle c’est déjà un lointain passé.

Olivier Casse est alors devenu l’élève du peintre Tony Ryder et il estime, en toute modestie, qu’il sera toute sa vie un étudiant en recherche, même si son acquit artistique le place maintenant dans le cadre du marché international.

La musique est intimement associée à sa démarche et conditionne son approche pour la compréhension de l’homme. Il n’était pas né lorsque Ziégler publia « L’âme des peuples », une sorte d’histoire universelle de l’évolution et de l’intégration des peuples par la musique.

C’est sans aucun doute par pur instinct que Olivier Casse s’est orienté dans ce sens. Toujours plus avant, il pose des jalons au cours de ses recherches dont la présente exposition est un résumé (chantant). C’est une sorte d’itinéraire, un parcours de peintre, tout simplement.

Anita NARDON

Rollebeek Gallery,
rue de Rollebeek 28,
1000 Bruxeles
tel 02 512 20 22

Du 12/12/2006 au 12/1/2007
du mardi au dimanche de 11h à 19h
sauf samedi de 13h à 19h.


17:09 Écrit par Anita Nardon dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.