06/07/2006

Sylvain Loisant

Sylvain Loisant

Sa peinture se présente comme une femme mystérieuse sortie d’une imagination de poète mais là n’est pas son seul propos.

Fou de dessin, Loisant fait valser les objets, les outils de son atelier, des fleurs et des fruits pleins de sève pour attirer la convoitise du visiteur.

Il fait tourner le monde autour de son pinceau, il perturbe un village pour en faire une sorte de sphère, créant ainsi une nouvelle planète difficile à intégrer dans un système solaire surchargé.

Mais qui est cet inconnu qui nous arrive avec l’été ?



Né en 1954, il se lance dans la peinture à dix ans… pour se rendre compte qu’il y a beaucoup à apprendre.

Son grand’ père, peintre du dimanche, l’encourage et il part à l’aventure.

Comme tous les autodidactes, il a travaillé dix fois plus que les élèves d’un cours normal.

Il a appris sur le tas, en étudiant des livres théoriques, en faisant et défaisant son travail et en essayant de prouver au monde que sa peinture était vivante. Il a eu de nombreux contacts en atelier avec d’autres créateurs, puis il a enseigné et il a appris beaucoup de ses élèves, un phénomène reconnu par ceux qui ont été des (vrais) professeurs.

Cela s’appelle être à l’écoute des autres.

Cela s’appelle être sincère, cela s’appelle être vrai !

Maintenant Loisant réalise des œuvres monumentales intégrées à l’architecture : en mosaïque et en peinture et il se rapproche de la nature par la voie d’une sagesse basée sur l’équilibre entre la réalité et le rêve, la chose expliquée et celle qu ne le sera jamais. Une exposition à voir toutes affaires cessantes.

Anita NARDON

Rollebeek Gallery,
rue du Rollebeek 28,
1000 Bruxelles
02 512 20 22

jusqu’au 30/7/2006
du mardi au dimanche de 11h à 19h
fermé lundi et samedi matin


14:40 Écrit par Anita Nardon dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.